Vents contraires : une histoire de la pêche française

Synopsis

Avec 3500 kilomètres de littoral, la France est un pays de marins. Les communautés de pêche et leurs traditions sont ancrées dans sa culture et son histoire.
Mais de grands changements ont eu lieu après la Seconde Guerre mondiale avec le développement de la pêche industrielle.
Aujourd’hui, entre quotas, surpêche et raréfaction du poisson, c’est la sauvegarde même du métier qui est en jeu.

Récompenses reçues : Corderie Royale de Rochefort & Association Hermione-La Fayette : Prix Mémoire de la Mer 2018

Le mot des réals

Nous avons voulu montrer 70 ans de bouleversements à partir d’histoires personnelles.
On dit souvent que les marins parlent peu.
Mais finalement, quelque soit leur type de pêche, ce sont des passionnés qui nous ont parlé de manière naturelle et ouverte.
Ils racontent notamment l’époque où la pêche était dure mais libre, sans aucune autre limite que la mer par gros temps.

Pourquoi ce choix ?

Ce film montre les problèmes rencontrés par les petits pêcheurs français, en retraçant l’histoire et tous les rebondissements d’un secteur en crise depuis les années 1980.
Quels ont été les abus, quelles ont été les erreurs qui ont mené à la surpêche et aux affrontements qui ont eu lieu dans les années 1990 ?
À une époque où les mers se vident de leurs poissons, quelles solutions à la surpêche pouvons-nous trouver pour parvenir à une pêche durable ?
Un film très bien réalisé qui fait le tour complet de la problématique et nous apprend beaucoup sur ce monde peu connu.
Au travers d’images d’archives et de témoignages, on comprend mieux les difficultés des petits pêcheurs artisans.

7 comments

  • Jean-Sébastien :

    Merci beaucoup d’avoir partagé ce film grâce à ce festival de grande utilité publique !
    C’est incroyable de voir que les mêmes erreurs ont pu être reproduites, sans apprendre des leçons du passé.
    Quel énorme gâchis que ces subventions données d’abord pour construire puis pour détruire les bateaux de la démesure.
    Le parallèle avec la logique mortifère de la PAC est évident quand on entend le témoignage du pêcheur poussé à accepter la destruction de son bateau sur conseil de son banquier, car il est pris dans un cycle vicieux du toujours plus alors qu’arrivent des quotas.
    Quand les ministres des Etats-membres prendront-ils leur responsabilité pour arrêter ces délires technocratiques ?
    Dommage que le film n’inclut pas d’entretiens avec des ex-ministres de la pêche, ne serait-ce que pour les mettre face à leur responsabilité. Mais peut-être est-ce parce qu’ils ont refusé ? (pour ceux qui sont encore en vie bien sûr)

    samedi 26 janvier 2019, 14:51
  • Sylvie Dumont :

    merci pour ce film qui nous transmet l’histoire des marins pêcheurs français
    il est très fidèle à son projet
    il ne gomme pas trop les erreurs et remises en question
    merci d’avoir convoqué l’IFREMER
    juste une remarque, dans le commentaire: ( autour de la minute 47:09
    « les prévisions pour la ressource sont alarmistes »
    j’aurais plutôt attendu ( surtout pour un film sélectionné par Greenpeace)
    les prévisions de ressource sont ALARMANTE
    merci pourtant encore, pour tous ces témoignages honnêtes et humains de pêcheurs

    vendredi 25 janvier 2019, 15:36
  • Henrottay :

    J’ai bien aimé ce reportage sans concession pour nos méthodes productivistes et de rentabilité forcenée. J’espère qu’un autre reportage abordera ce qui est mis en place pour garantir à long térme le bien être et l’abondance de cette ressource .

    dimanche 20 janvier 2019, 20:46
  • LALANDE :

    Rétrospective efficace ! Un deuxième volet sur la Pêche « amateur » et son impact sur les ressources, métiers, dont il est question ?

    mardi 15 janvier 2019, 14:33
  • LOUGOVOY Catherine :

    Passionnante rétrospective Merci beaucoup ! On comprend d’entrée que la solution de « préservation » des ressources est … ne pas pêcher ! Et que les « méthodes d’industrialisation de la pêche « , les politiques diverses et « aides de circonstance  » sont bien en cause et tout à fait déterminantes ! >>>> comme il est regrettable que Greenpeace ne s’engage pas davantage aujourd’hui contre la pêche électrique !

    lundi 14 janvier 2019, 18:52
  • Nicole :

    J’ai bien apprécié ce film qui retrace les erreurs commises en matière de pêche en France, et ceci sans jamais nommer les scientifiques. Mais ceux-ci ont bien leur part de responsabilité quand même dans les logiques de rentabilité à tout prix qui ont mené à la surpeche. Ce film est basé sur l’humain et c’est ce qui est touchant.

    lundi 14 janvier 2019, 18:04
  • Céline :

    Je ne connais pas grand chose à l’histoire de la pêche en France, et ce n’est pas un sujet qui m’attirait particulièrement. Mais la bande-annonce m’a vraiment donné envie ! Je le regarde dès ce soir.

    lundi 14 janvier 2019, 10:02

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour poursuivre la mission de sensibilisation du festival :

Je fais un don