418 votes

Réalisé par Andreas Pichler

Produit par EIKON Media GmbH (Allemagne) & Miramonte Film OHG (Italie), Allemagne - Italie, 2017,
Voir le site

Français, Allemand, Italien, Chinois, Danois, Wolof 91 mn

Sur le marché agroalimentaire mondial, le lait est un produit particulièrement attrayant. De l'image bucolique et idéalisée de l'économie du lait ne subsiste toutefois pas grand-chose aujourd'hui. Son commerce pèse désormais des milliards, et l'industrie veille à ce que sa consommation continue d'augmenter partout, ne serait-ce qu'en Europe, où près de 200 millions de tonnes de lait et de poudre de lait sont produits et commercialisés chaque année. Et ce même si près des deux tiers des adultes dans le monde sont intolérants au lactose. En Europe, en Asie ou en Afrique, le lait s'impose comme le symbole de la croissance démesurée d'une production mondialisée. Ce film n'est pas visible en Allemagne, Autriche, Suisse, Brésil et Suède.

Le mot du réalisateur

Quand j’étais enfant, je m’occupais de vaches avec des fermiers, à la montagne. Je ne me posais pas de question sur la provenance du lait. Pour moi, c’était naturel, comme les pommes tombent des arbres ou les ruisseaux coulent de la montagne. Mais aujourd’hui, la lait plus que tout autre denrée alimentaire symbolise la folie de nos méthodes de production “modernes”. Ce qui, autrefois, était un produit bucolique, sain et local est devenu aujourd’hui un vulgaire produit industriel trimballé pour être vendu aux quatre coins du monde. La relation entre les humains, les animaux et le lait a radicalement changé. Avec ce film, je cherche à savoir comment cette nouvelle façon de produire du lait affecte les animaux, l’environnement, la politique et les êtres humains.

Andreas Pichler

Pourquoi ce choix ?

Un documentaire remarquable qui décortique les aberrations de l’industrie laitière : pressions permanentes sur les éleveurs européens, ravages des nitrates sur l’environnement et la santé humaine, destruction des petits élevages locaux dans les pays en développement, questionnements sur la santé, sélection et traitement des animaux qui ne sont plus que des machines à produire. D’autres modèles sont proposés qui donnent à réfléchir, mais les retombées économiques sont considérables et les lobbys agro-alimentaires les plus puissants au monde… À voir absolument afin de mieux penser son assiette.

Récompenses

- Int. Fünf Seen Film festival 2017 - Germany : Horizonte Film Award BDM - Journalism Award "Fair Milk” 2018 : Best Documentary - Germany Ökofilmtour 2018 - Germany : Best Artistic Achievement - Festival FReDD 2018 - France : Grand Prix - NaturVision Festival 2018 - Germany : Youth Jury Award Winner - "Herbert Quandt Medien-Preis" 2018 - Germany Winner German Conservation and Sustainability Film Award - NaturVision Winner Deutscher Wirtschaftsfilmpreis (Economy Film Award) 2018 - Germany

Agir

Sources et liens utiles

Pour en savoir plus sur la campagne Agriculture écologique de Greenpeace : greenpeace.fr/agriculture-ecologique/

Téléchargez le calendrier des fruits, légumes et céréales de saison de Greenpeace : greenpeace.fr/fruits-et-legumes-de-saison

Téléchargez le rapport de Greenpeace « Moins mais mieux : moins de viande et de produits laitiers pour une planète en bonne santé » : https://www.greenpeace.fr/mieux-de-viande-de-produits-laitiers-planete-bonne-sante/

Pour suivre toutes nos actualités sur l’Agriculture écologique : greenpeace.fr/actualites-agriculture

Et n’hésitez pas à visiter le site de L214, tournée vers les animaux utilisés dans la production alimentaire, et celui de Foodwatch, association qui défend le droit des consommateurs dans le secteur agro-ailmentaire.

Consommer moins de viande, d’œufs et de produits laitiers

Greenpeace recommande un maximum d’environ 12 kg de viande issus de l’élevage écologique par personne et par an (soit environ 230 g par semaine) et 26 kg de lait par personne par an (soit ½ litre de lait par semaine). Et le choix de chacun d’adopter un régime végétarien ou végétalien permet de contribuer encore plus à l’effort collectif de réduction de la consommation de produits animaux.

Avoir le réflexe Amap

Les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) créent un lien direct entre paysans et consommateurs. En souscrivant à un abonnement, l’acheteur choisit la fréquence et les quantités de fruits et légumes qu’ils souhaitent, puis vient retirer régulièrement son panier dans un point de vente du réseau.

Pour trouver une Amap près de chez vous : www.reseau-amap.org

Choisir des aliments issus de l’agriculture écologique

(certifiés avec un label agriculture biologique, par exemple). L’augmentation de l’agriculture biologique participe à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette pratique interdit notamment d’utiliser des produits de synthèse comme les pesticides et les engrais azotés, ainsi que les OGM.

En savoir plus : greenpeace.fr/agriculture-ecologique/

Manger local

La consommation de denrées alimentaires produites localement réduit le nombre d’intermédiaires, diminue les transports polluants et contribue activement à renforcer la vitalité économique de nos territoires.

En savoir plus : bioetlocalcestlideal.org

Pour ne manquer aucune actu,
inscrivez-vous à la newsletter du Festival

Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".

15 Comments

MABONDZO · lundi 28 janvier 2019 at 17:57

Pourriez-vous laisser les films en accès libre un peu plus longtemps ?

Répondre à A. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.