Pauvres poulets : une géopolitique de l’œuf

Synopsis

Quel rôle jouent les œufs que nous consommons chaque jour sur l’émigration économique africaine ? Beaucoup plus grand qu’on ne l’imagine...  Le documentaire Pauvres poulets : une géopolitique de l’oeuf nous plonge dans le système agraire européen, où lobbies influents et grands groupes multiplient les bénéfices, au détriment de l’animal, de l’être humain et de l’environnement, mais aussi de l’économie africaine. Dans cette enquête, la parole est donnée à tout le monde : politiques, rois de la volaille, éleveurs, défenseurs des droits des animaux mais aussi les simples consommateurs.  Des points de vue différents qui révèlent la complexité du système de production des œufs et de viande de poulet, son impact, ses contradictions, ses enjeux sociaux et financiers. Ce film a été tourné en Allemagne, en France, en Belgique, en Pologne, ou encore en Lettonie ; c’est là que se trouve le plus grand site de production d'œufs d'Europe du Nord, avec ses 1,8 million d'œufs quotidiens.  Mais il s’arrête aussi au Ghana, où les poules pondeuses en fin de vie, importées d’Allemagne, détruisent le marché avicole africain.

Le mot des réals

PAUVRES POULETS : UNE GÉOPOLITIQUE DE L’ŒUF est le troisième documentaire sur le thème de la viande, réalisé par Jens Niehuss pour ARTE. Dans Voyage au bout de la viande, le premier volet de cette série sorti en 2016, il s’intéresse aux récentes affaires de viande de cheval et restes avariés  retrouvés dans des plats préparés comme des lasagnes, et remonte à la source de ce système. En 2017, il plonge avec Le vrai coût de la viande pas chère - Pauvre cochon, riche affaire dans l’industrie de la viande porcine allemande, pour comprendre comment celle-ci permet de produire des escalopes à un prix défiant toute concurrence et quelles en sont les conséquences pour l’animal, l’Homme et la Nature. Chacune des ces enquêtes se heurte à une contradiction fondamentale : le consommateur obtient pas ce qu'il veut : de la viande et des œufs produits dans le respect du bien-être des animaux. Les lobbyistes des grands groupes agro-alimentaires mettent tout en oeuvre pour que les politiques agissent en faveur du marché, et non du consommateur. Le bien-être animal, notre santé, l’environnement et le climat passent ainsi à la trappe. Le changement de comportement des consommateurs serait donc la seule issue: plus de « payer moins pour consommer plus », traquer les bonnes affaires au rayon viande dans les supermarchés, mais privilégier de plus petites quantités, des produits de meilleure qualité, et plus respectueux des animaux.

Pourquoi ce choix ?

Une enquête qui nous emmène dans le business international de l’œuf, et nous laisse effarés devant les chiffres, les volumes, les pratiques douteuses et la maltraitance que cette industrie engendre.  Nul besoin de montrer des images difficiles dans ce film.  L’exemple d’élevage respectueux des besoins de l’animal présenté en parallèle parle de lui-même, et souligne l’aberration de cette industrie déshumanisée et les alternatives possibles.