Le cas Bornéo

Synopsis

Le cas Bornéo, c’est l’histoire de la destruction de la forêt tropicale de l’île de Bornéo, notamment de la forêt de l’État malais du Sarawak. C’est aussi l’histoire des millions de dollars que ce pillage rapporte, et qui circulent sur des comptes dans le monde entier.

Le mot des réals

« Depuis que j’ai voyagé dans le Sarawak pour réaliser Tong Tana il y a plus de dix ans, je n’ai eu de cesse de penser au sort de Bruno Manser et des Penans. Passer du temps avec ce peuple autochtone, observer leurs traditions et la vie de leur communauté, partir avec eux à la chasse… ce sont des choses que je n’oublierai jamais. Mais ce qui m’a le plus marqué, c’est de les voir lutter pour la survie de leurs traditions et de leur culture face à des adversaires tout-puissants. J’ai suivi des près les efforts de Bruno pour attirer l’attention du monde sur le sort de ce peuple, et j’ai été l’une des dernières personnes à le voir en vie avant qu’il ne disparaisse dans la forêt. Réaliser ce film était pour moi une démarche autant émotionnelle que nécessaire ».

Pourquoi ce choix ?

Ce film suit un groupe d’activistes dans leur combat pour dénoncer la corruption du gouvernement malais dans l’industrie du bois à Bornéo. Alors que 90% de la forêt primaire a déjà disparu et qu’un projet de barrage risque d’engloutir des villages autochtones dans la province du Sarawak, la journaliste britannique Claire Rewcastle, accompagnée de représentants de tribus indigènes et du directeur d’une organisation suisse de défense des droits autochtones, remuent ciel et terre pour sauver ce qu’il reste de forêt. Ce film montre ce que l’engagement et l’activisme veulent dire. Un très bel hommage à ces lanceurs d’alerte extraordinaires qui dédient leur vie à la défense de l’environnement.

Et après

Agir tout de suite

Consommez des produits qui n'ont pas causé de déforestation : l’huile de palme reste une matière première à haut risque et sa production est la première cause de déforestation en Indonésie. Greenpeace a passé au crible 16 marques du secteur agroalimentaire. Découvrez celles qui s’approvisionnent en huile de palme.

Rejoindre un groupe d'action

Je rejoins un groupe local de Greenpeace près de chez moi.

Je rejoins WeGreen, le réseau social de celles et ceux qui veulent agir pour l’environnement, pour participer à des mobilisations menées à côté de chez moi et rencontrer des personnes actives sur les thématiques qui m’intéressent.

11 commentaires

  • bb :

    J’admire l’engagement de ces personnes qui mettent leur vie en danger dans un système qui nous dépassent tous, le toujours plus pour une poignée au détriment de tous. Leur irresponsabilité envers l’humanité est un crime, c’est révoltant ! détruire, produire, faire des profits on ne peut pas lutter ! il nous reste à nous consommateurs de consommer juste, c’est notre seul moyen de lutte.

    vendredi 24 janvier 2020, 15:45
  • Léa pour le Greenpeace Film Festival :

    Bonjour,
    Le film est bien sous-titré. Il faut activer les sous-titres en bas de la vidéo à droite sur le bouton « CC ».

    vendredi 24 janvier 2020, 14:25
  • Anonyme :

    pas de sous-titres !!

    jeudi 23 janvier 2020, 21:16
  • Erick Lambert :

    Une façon aussi de découvrir qui était Bruno Manser , son combat et sa tragique disparition qui interroge .

    jeudi 23 janvier 2020, 18:28
  • Christine ZUMSTEIN :

    Ce documentaire est à voir absolument.

    mardi 21 janvier 2020, 16:46
  • Emmanuel Coquelou :

    A la manière d’une enquête policière parsemée d’énigmes et savamment ficelée, sur un fond de David contre Goliath, les protagonistes de ce documentaire se croisent et se rejoignent, pour mener un combat au nom de la préservation des peuples autochtones et de la forêt équatoriale. Le fil de la réalisation dévoile avec une extrême justesse toute la rigueur, la méthode et le mérite de ces personnes qui rendent justice et s’élèvent au rang de héros, allant jusqu’à mettre à genoux le mal dominant notre ère capitaliste. Une lutte exemplaire qui se joue avec cœur et courage.

    samedi 18 janvier 2020, 20:07
  • hou :

    Un cas archétypique avec tous les acteurs bien connus : monde de la finance, multinationales, fonctionnaires locaux cupides, peuples indigènes méprisés, et …une poignée de lanceurs d’alerte qui risquent leur vie… Que le vrai journalisme d’investigation soit remercié et toujours protégé ! Je ne m’attendais pas à cette fin-là!

    vendredi 17 janvier 2020, 19:48
  • Chaari Narimane :

    Inlassablement l’histoire se répète l’argent est un cancer généralisé qui détruit notre planète

    jeudi 16 janvier 2020, 12:09
  • Aulaine :

    Hello, I have the same question as Pauline Bunce : after confirmation of our mail adress, how can we be sure that our vote is well received ? a confirmation would be nice.
    This is a film of investigation, like a thriller (and it is not fiction at all), far from all the others beginning with « crise of climate with desesperate photos etc… ».
    This film speaks about disparition of a human community, exploited, alone against political power who destroys their place of resident : primary forest. A long long fight, with courage and patience to win against the worst reason of this human and enviromental disasters : the political’s greed whitch is a mondial cancer that destroys in fact our planet.
    The first fight to save our planet is against avidity for monney and avidity for power.
    That is the reason why I vote for this film !!!!
    Enjoy it and join me !)))

    jeudi 16 janvier 2020, 00:47
  • Pauline Bunce :

    I voted, but there was no confirmation email.
    Should there be?
    Has my vote been received?

    mercredi 15 janvier 2020, 15:08
  • Véronique Chellit :

    Magnifique ! Même s’il tant reste à faire, quelle preuve de courage et de persévérance dans l’engagement ! Une belle leçon de force, de bon sens et d’amour !

    mardi 14 janvier 2020, 01:09

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour poursuivre la mission de sensibilisation du festival :

Je fais un don