Hondar 2050

Synopsis

Carlos est une artiste basque qui aime surfer sur sa plage. Quand il sort de l’eau, il a l’habitude de récolter quelques morceaux de plastique qu’il trouve entre les rochers et les ramène à son atelier. Un jour il réalise qu’il a accumulé beaucoup des déchets, d’origines et d’âges différents, qui possèdent pour seul trait commun de terminer leur périple sur la même plage. Peu à peu, Carlos commence à chercher pourquoi et comment tous ces matériaux arrivent dans l’océan. En même temps, comme pour exprimer sa frustration, il commence à créer une série d’œuvres d’art avec tous ces déchets. En voyageant sur la côte, Carlos comprendra que, pour changer la situation il est nécessaire de modifier ce qui se passe en nous mêmes, et dans nos habitudes quotidiennes. 

Récompenses reçues :

  • Best Medium Length Documentary - Festival De Cine Y Derechos Humanos De Madrid, Espagne 2018
  • Best Movie with Ecological message - Ciclo de Cine Submarino de Donostia – Cimasub, España 2018

Le mot des réals

Notre société de consommation se fiche éperdument du sort réservé aux produits qu’elle achète et jette aussitôt. En Espagne, chaque personne produit en moyenne 450 kg de déchets par an, dont moins de 30 % sont recyclés… Que se passe-t-il lorsque ces déchets arrivent en mer ? Dans 10 ans, que deviendra cette cuillère en plastique abandonnée sur la plage ? Tout le monde ferme les yeux et personne ne se sent responsable. Avec ce film, nous voulions pousser les gens à réfléchir et à leur faire prendre conscience que nos petites habitudes peuvent être un gros problème. Nous voulions analyser ces comportements qui laissent une empreinte indélébile sur la planète, et observer celles et ceux qui ont décidé de réagir et d’inciter les autres à réagir aussi, pour qu’ensemble nous puissions trouver des solutions.

Pourquoi ce choix ?

Un petit film original et positif, qui met en lumière la responsabilité de chacune et chacun et nous invite à nous mettre en action. Idéal pour les jeunes publics, ce film nous offre le parfait exemple de ce que chacun et chacune peut faire à son niveau, et propose des solutions simples pour y parvenir.

Et après

Agir tout de suite

Les océans sont en proie à des menaces de plus en plus nombreuses. Je signe la pétition pour les protéger : l’adoption d’un traité mondial sur les océans ambitieux permettra de créer un vaste réseau de réserves marines en haute mer.

Aller plus loin

Tentez le zéro déchet ! Au quotidien, nous pouvons changer nos habitudes pour réduire notre consommation, notamment de plastique ou d’objets à usage unique et chercher des alternatives. Voici quelques conseils pour une consommation plus responsable.

Rejoindre un groupe d'action

Je rejoins un groupe local de Greenpeace près de chez moi.

Je rejoins WeGreen, le réseau social de celles et ceux qui veulent agir pour l’environnement, pour participer à des mobilisations menées à côté de chez moi et rencontrer des personnes actives sur les thématiques qui m’intéressent.

25 commentaires

  • eboiro :

    Les éléments positifs évoqués par le film ne compensent pas les longueurs non informatives (voire hors propos), et sont trop partiels.
    Diluées par un fil conducteur artisticosurfeur, les vagues informations se meurent sur le rivage inlassablement souillé des plastiques visibles.
    Ce choix cinématographique est insuffisant (ou trop monotone) pour
    – susciter l’enthousiasme à l’action (et s’en limitant aux bonnes intentions des individus),
    – ni pour bien conscientiser comme il y prétend le problème -global, macro et micro, sociétal de l’hyper consommation et emballages-,
    – ni même pour inspirer par une éthique de vie et une oeuvre qu’on ne verra pas -et resterait de tout facon dérisoire pour insuffler un élan à devenir respectueux de l’environnement-.

    samedi 25 janvier 2020, 00:56
  • Patricia FAGGIO :

    Effectivement le film engage à la fin de se bouger et donne des exemples concrets à suivre, à notre niveau, mais si tout le monde s’y met, cela changera ou commencera à changer la face du problème.
    Des longueurs, pas très tonique, mais bon.
    Je ne voterai pas pour lui au final.
    Même si le sujet méritait d’être re montré.

    samedi 25 janvier 2020, 00:37
  • JeanMi :

    Vraiment surpris du nombre de votes… pour un film si creux ! Inciter au tri et nettoyer les plages OK, mais aucune explication ni remise en question sur la réelle provenance des déchets et leurs modes de production (« la rivière » n’est pas une réponse satisfaisante). Ni sur le responsabilité des industries, lobbies et politiques. Le pompon du détail : l’image de gants distribués aux ramasseurs… emballés sous plastique ! Ils n’ont pas fini de ramasser….

    vendredi 24 janvier 2020, 20:19
  • bb :

    film un peu en longueur. Aujourd’hui tout le monde en parle ! le tri des déchets est un geste civique et citoyen. Dommages qu’on en arrive là, alors que la sonnette d’alarme aurait dû être tirée bien avant ! que s’est -il passé ? pourquoi le message n’est-il pas arrivé à la conscience collective plus tôt ? on a raté quelques chose dans l’éducation… Heureusement, les choses bougent… Certains consommateurs jouent le jeu. Il faut maintenant trouver des solutions pour nettoyer les mers. Et mettre des grilles aux sorties des rivières, fleuves devrait être obligatoire de partout.

    jeudi 23 janvier 2020, 23:33
  • Laurence :

    Film intéressant, mais une seule partie du problème est traitée. On remet tout sur la responsabilité des individus sans parler de l’industrie de production du plastique. Si bien sûr, chacun a un rôle à jouer, il y a aussi beaucoup à faire du côté de la production et la consommation de plastique à la base. Dommage qu’on ne voit pas l’oeuvre finale du personnage principal…

    jeudi 23 janvier 2020, 10:26
  • Claire :

    On s’attache au personnage du surfer qui ramasse inlassablement les déchets sur les plages. On le voit chez lui commencer à créer avec ce qu’il a glané. Hélas, on ne verra jamais le résultat final et c’et bien dommage. Par contre on voit des adultes, des enfants ramasser sur les plages des quantités impressionnantes de déchets, mais on leur donne uniquement des sacs en plastique pour les collecter ! Encore du plastique ! N’y a t’il pas d’alternative à cette hyper-utilisation du sac poubelle en plastique… Le serpent ne se mord-il pas la queue,au bout du compte ? Malgré cela le film sait nous sensibiliser et nous montrer l’importance pour chacun de participer à l’effort collectif pour parvenir à une vraie réduction de la pollution du littoral.

    jeudi 23 janvier 2020, 06:30
  • Christine ZUMSTEIN :

    Pas aimé du tout

    mardi 21 janvier 2020, 16:55
  • Perissinotto :

    Le sujet est intéressant mais le film n’est pas terrible avec beaucoup de longueurs, très moyen, et en effet, ramasser le plastique avec des plastiques, il faudrait encore approfondir le sujet! Et on ne voit que de tristes plages avec des constructions aussi tristes! C’est la décadence!

    lundi 20 janvier 2020, 22:53
  • Nathalie74 :

    Ce documentaire est intéressant. Mais il faudrait traiter le problème à la base. Produire moins et consommer moins.
    De plus ils distribuent des sacs plastiques pour ramasser les déchets et donnent des gants enveloppés eux aussi dans du plastique.
    Paradoxal et pas très écolo tout cela.

    lundi 20 janvier 2020, 17:05
  • hou :

    D’accord avec Poko Molo. Le sujet est hyper important, mais le film n’est pas à la hauteur. Bande son et effet « image qui saute » au début ont failli enrayer ma motivation de le visionner.

    dimanche 19 janvier 2020, 19:05
  • Poko Molo :

    Déçu par la réalisation de ce film qui traite d’un sujet grave. L’origine du problème est la surconsommation. Que penser de cet artiste avec ses Adidas, son Mac allumé pour rien, qui conduit rien moins qu’un break pour aller pleurnicher chez son ami pêcheur…lequel, très sérieusement propose d’installer des filets dans les rivières pour collecter les plastiques en oubliant que les fleuves et rivières sont l’habitat d’une faune qui serait bien embêtée avec un dispositif aussi intelligent. Je ne voterai pas pour ce film qui manque de sérieux.

    dimanche 19 janvier 2020, 16:31
  • Christel :

    Bsr,
    Les sous-titrages sont limites même si les images parlent d’elle-même. Si on voit les choses de façon positive on se dit c’est cool, ils ramassent, trient leurs déchets… mais je ne suis pas sûre que ce soit la solution. La base devrait être d’arrêter de produire autant de plastique. Le zéro déchet est celui que l’on ne produit pas.
    Petite remarque: Cela serait bien que le visionnage des films durent plus de 2 semaines car quand lorsqu’on travaille ce n’est pas évident de tout visionner dans un laps de temps aussi court ce que je n’ai pu faire l’an passé.

    dimanche 19 janvier 2020, 00:02
  • Olasinplastico :

    Bon travaille! Un film positif.

    samedi 18 janvier 2020, 22:49
  • Mireille Urbain :

    Un film positif pour la conscientisation du problème posé par les déchets produits par les humains et jetés n’importe où pour aboutir à la mer avec toutes les conséquences environnementales et sanitaires qui en découlent.
    Dans ma jeunesse, les déchets étaient peu nombreux et la plupart recyclables, les bouteilles étaient consignés et la plupart des produits vendu en vrac. J’ai gardé l’habitude d’acheter en vrac ou d’occasion, de ne pas utiliser de récipients en plastique, de recycler tout ce qui peut l’être, de refuser quand c’est possible les produits polluants ou non-recyclables. Les produits pharmaceutiques, vendus en France en contenant plastique pour la plupart, sont une véritable scandale. Pourquoi ne pas débiter le nombre nécessaire de comprimés, gélules, etc ou la quantité de médicament liquide en vrac dans un flacon apporté par le client et.ou consigné?
    La première fois que j’ai vu des déchets plastiques abandonnés dans les Alpes à plus de 2000m, j’en ai été effarée. C’était il y a un peu plus de 40 ans. Depuis….J’espère que les plus jeunes s’insurgeront vraiment contre ce massacre de la planète au nom du consumérisme et pour le plus grand profit des multinationales.

    samedi 18 janvier 2020, 22:05
  • Jordane :

    Un documentaire un peu amateur dans son rendu mais dont les messages sont clairs, succincts et pertinents.
    Le tout est porté par des images fortes qui parviennent à mettre en opposition la beauté de plages qui pourraient être idylliques si elles n’étaient pas devenues des poubelles à ciel ouvert.

    jeudi 16 janvier 2020, 23:09
  • amandine jodlowski :

    Je savais que la faune et le flore de la vie sous marine sont très importent mais je savais pas que sa apporter autant d’oxygène et qu’il capter autant de CO2 c’est quand même dramatique de voir autant de plastique produit et si peut recycler comme dis Monsieur ou Madame Ruelle sont idée est très bien mais que sa soit surveillé pour ne pas nuire à la faune locale un contrôle des cargo et une évidence à mes yeux mais je savais pas que sa n’est pas le qu’a des dirigent politiques. Et je trouve inadmissible se qui se passe en Amérique la grande déforestation de l’Amazonie pour de grande culture de soja… ainsi que c’est inamissible parc à vache qui sont entasser sans rien à brouter en plein soleil sens arbre. Je suis d’accord avec Anonyme du mercredi 15 janvier 2020 à 23h45 sur le rapport du WWF; mais pas de le sens que sa me laisse un gout amère. Belle dynamique et motivation pour continuer ou pour certain à s’y mettre

    jeudi 16 janvier 2020, 22:00
  • Alex :

    Trier, ramasser, recycler et nettoyer n’est pas une solution. Ce qu’il faut c’est arrêter de fabriquer du plastique (sauf peut-être quelques exceptions dans des domaines vitaux le temps de trouver des alternatives).
    Il est dommage que le film ne s’attaque pas à la source du problème, beaucoup de personnes de bonne volonté et engagées pour l’environnement se contentent aujourd’hui de trier alors que (sans le savoir) continuent à polluer la planète avec leur consommation.
    La bonne nouvelle c’est que la technologie qui nous permettra de nettoyer les océans de demain existe déjà, je ne parle pas de la solution du pécheur qui pourrait s’avérer néfaste pour l’écosystème des rivières et du littoral, je parle de gourdes réutilisables, de serviettes hygiéniques et couches lavables, des sacs en tissu…

    jeudi 16 janvier 2020, 12:19
  • Gwen :

    Triste de voir l’état des océans mais il y a un grand espoir en voyant l’investissement des gens pour nettoyer la Nature.

    J’aime beaucoup la solution du pécheur pour nettoyer les rivières et éviter que tout se termine dans la mer.

    Il y a encore de grands progrès à faire dans le trie des déchets à tout niveau , et ne pas rester indifférent …

    jeudi 16 janvier 2020, 05:18
  • Emmanuel Coquelou :

    A noter la prise de conscience individuelle qu’apporte ce film quant à la nécessité de trier nos déchets et celle de se mobiliser collectivement pour limiter les conséquences que cela entraine sur le littoral. Au delà de ces aspects, la bande son pourrait être plus légère, et l’originalité de la mise en scène est induite par un montage qui peut sembler déroutant. Globalement, cela donne l’impression d’un sujet qui reste en surface malgré la belle intention qui le nourrit.

    jeudi 16 janvier 2020, 02:00
  • Anonyme :

    Ce film me laisse un goût amer. Il continue de faire croire aux gens que « ramasser » et « trier » les déchets résoudra le problème. C’est comme écoper un bateau qui coule à la petite cuillère. La seule solution durable : réduire le plastique à la source. Éliminer tout le plastique à usage unique. Contraindre les multinationales qui produisent le plastique (type Coca) à prendre en charge le coût du traitement de leur déchet. Le WWF a sorti un rapport très clair là dessus : https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/pollution-plastique-a-qui-la-faute

    mercredi 15 janvier 2020, 23:45
  • Marion :

    Très beau film. Un coin de la planète que je connais un peu et aime beaucoup (je vis dans les Alpes). La solution proposée par le pêcheur est tout à fait réaliste puisqu’elle a déjà été développée ailleurs sur le globe… mais si peu malheureusement, car elle n’a rien de mercantile… Ce film redonne du courage pour, partout sur la Terre Mère, se mettre en mouvement !

    mardi 14 janvier 2020, 21:58
  • jeanne dacenko :

    pas moyen de visionner les films, depuis hier je tente en vain – jeanne

    mardi 14 janvier 2020, 14:54
  • jose :

    Excellent film!

    mardi 14 janvier 2020, 09:55
  • Anonyme :

    Excellent film avec un fin dynamique et qui donne de l’énergie : on en a besoin! J’ai également aimé la solution du pêcheur: c’est si simple! Mais qu’est-ce qu’on attend !

    lundi 13 janvier 2020, 19:58
  • Ruelle :

    Le tri des déchets est pour moi une évidence
    J ai beaucoup aimé la solution du pêcheur au sujet de la sortie des fleuves
    Dans la mer pour empêcher les déchets de se disperser en mer

    lundi 13 janvier 2020, 19:47

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour poursuivre la mission de sensibilisation du festival :

Je fais un don