Le climat, les hommes et la mer

Synopsis

Ce film explore les liens intimes qui unissent le climat, l’océan et les être humains. En partant à la rencontre de celles et ceux qui vivent au rythme des océans, nous découvrons les témoignages de pêcheurs, de nomades des mers, de météorologues des glaces et de marins scientifiques, véritables sentinelles des bouleversements de la planète, à l’heure où la Conférence sur le Climat se tient à Paris. Chacun à leur niveau, ils nous dévoilent le rôle des océans dans la machine climatique. Un danger menace : la prolifération du dioxyde de carbone engendre des mutations qui semblent irréversibles, et ce monde d’eau qui couvre les deux tiers de la planète réagit. L’océan, où est né la vie, pourrait-il nous sauver d’un désastre annoncé ?

Récompenses reçues : - FILMAR 2016, France : Prix de la Meilleure Image - Blue Ocean Film Festival 2016 , Saint Petersburg USA : Honourable mention

Le mot des réals

Pendant longtemps, les discussions sur le changement climatique n’ont pas pris l’océan en compte alors qu’il est l’un des principaux poumons de la planète… Il est temps de réagir avant qu’il ne soit trop tard. C’est pour illustrer le rôle déterminant des Océans dans la régulation des grands équilibres climatiques que j’ai voulu réaliser ce film.

Pourquoi ce choix ?

Des images magnifiques, des paysages époustouflants et un voyage aux confins des océans pour nous faire découvrir des personnes et des modes de vie qui souffrent déjà du réchauffement climatique. Touchant, dépaysant et captivant, ce film nous fait voyager en Indonésie, en Russie et au Pérou, à la rencontre de personnages attachants, témoins et victimes des catastrophes qui nous attendent tous si l’on n’agit pas en faveur du climat. Car ce n’est pas seulement cette beauté éblouissante qui risque de disparaître, mais nous avec…

3 comments

  • Radia :

    meilleur texte

    vendredi 25 janvier 2019, 10:39
  • Beaj :

    De belles images, de belles paroles de bon sens, on respire dans ces espaces, mais pas emballé par le tout. Au delà de constats par témoignages ou informations ajoutées, divers messages des personnages certes touchent. Hélas ils sont dilués et à l’impact anecdotique face à ce qui est présenté des enjeux (le climat et la mer), le tout sans guère de solutions. On ne saisit que peu le plan ou logique. Je garderai l’image et le propos du jeune Vladimir, fort éclairé, qui explique qu’il nourrit ses gammares avec des cacahouètes et les trouve beaux en mimant leur queue je suppose: « ca y est je me suis transformé en gamin ». Ça fait du bien de sourire, c’est un début et un espoir.

    mercredi 23 janvier 2019, 00:52
  • Recht Sonia :

    très instructif, merci

    lundi 14 janvier 2019, 18:23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour poursuivre la mission de sensibilisation du festival :

Je fais un don