Réalisé par Christophe Cousin

Produit par Via Découvertes & Tara Expéditions, France, 2016,
Voir le site

Français, Espagnol, Indonésien, Russe 110 mn

Ce film explore les liens intimes qui unissent le climat, l’océan et les être humains.
En partant à la rencontre de celles et ceux qui vivent au rythme des océans, nous découvrons les témoignages de pêcheurs, de nomades des mers, de météorologues des glaces et de marins scientifiques, véritables sentinelles des bouleversements de la planète, à l’heure où la Conférence sur le Climat se tient à Paris.
Chacun à leur niveau, ils nous dévoilent le rôle des océans dans la machine climatique.
Un danger menace : la prolifération du dioxyde de carbone engendre des mutations qui semblent irréversibles, et ce monde d’eau qui couvre les deux tiers de la planète réagit. L’océan, où est né la vie, pourrait-il nous sauver d’un désastre annoncé ?

Le mot du réalisateur

Pendant longtemps, les discussions sur le changement climatique n’ont pas pris l’océan en compte alors qu’il est l’un des principaux poumons de la planète…
Il est temps de réagir avant qu’il ne soit trop tard. C’est pour illustrer le rôle déterminant des Océans dans la régulation des grands équilibres climatiques que j’ai voulu réaliser ce film.

Christophe Cousin

Pourquoi ce choix ?

Des images magnifiques, des paysages époustouflants et un voyage aux confins des océans pour nous faire découvrir des personnes et des modes de vie qui souffrent déjà du réchauffement climatique.
Touchant, dépaysant et captivant, ce film nous fait voyager en Indonésie, en Russie et au Pérou, à la rencontre de personnages attachants, témoins et victimes des catastrophes qui nous attendent tous si l’on n’agit pas en faveur du climat.
Car ce n’est pas seulement cette beauté éblouissante qui risque de disparaître, mais nous avec…

Récompenses

- FILMAR 2016, France : Prix de la Meilleure Image - Blue Ocean Film Festival 2016 , Saint Petersburg USA : Honourable mention

Agir

Économiser les ressources traditionnelles

Outre le fait qu'elles sont nocives pour le climat et l'environnement, les sources d’énergie traditionnelles (pétrole, gaz, uranium, charbon...) s’épuisent. Non renouvelables, ces réserves diminuent de plus en plus vite : la consommation mondiale a augmenté de 75 % au cours des 30 dernières années et ne cesse de s’accroître.
A très court terme, si nous ne changeons pas nos modes de consommation, la demande planétaire d’énergies traditionnelles va dépasser largement la capacité de production.

L'empreinte aquatique

On l’appelle aussi l’eau virtuelle. Elle se détermine en prenant en compte les volumes d’eau prélevés ou pollués pour élaborer un produit (mais pas son transport sur les lieux de consommation).

Il faut ainsi :
- 1 000 litres d’eau pour produire un litre de lait (consommation d’eau de la vache, son alimentation et son entretien).
- 3 920 litres pour un kilo de poulet (30 litres pour l’abreuver et 6630 litres pour produire sa nourriture (céréales et oléagineux).
- 11 100 litres pour produire un kilo de coton (notamment pour l’irrigation).
- 15 155 litres pour produire un kilo de viande de bœuf (120 litres pour abreuver le bœuf, 35 litres pour son entretien, et 15 000 litres pour produire les aliments dont il se nourrit).

Plastique

Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastiques par an et on estime qu’entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans – l’équivalent d’un camion poubelle chaque minute…

Pensons donc à recycler, à refuser les produits suremballés et ceux contenant des microbilles, ou encore à ramasser les déchets qui traînent sur les plages.

https://www.greenpeace.fr/limpact-plastiques-oceans/

Privilégier le train pour les longues distances

Pour un trajet similaire, un avion consomme six fois plus d’énergie que le train.
Un vol aller-retour Paris-Zurich, par exemple, émet 300 kg de C02 par personne, contre 48 kg pour le train.
Or 40 % des voyages en avion s’effectuent sur des distances inférieures à 800 km, pour lesquelles les lignes à grande vitesse sont souvent plus pratiques. En effet, le train dessert directement les centres-villes.

Stop au jetable

Préférez toujours de la vaisselle et des couverts lavables. Bannissez les gobelets en plastique.
Si vous n’en avez pas assez pour une grande assemblée, il y a moyen de les louer (en général, le nettoyage est même compris dans la location).

Pour ne manquer aucune actu,
inscrivez-vous à la newsletter du Festival

Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".

2 Comments

Recht Sonia · lundi 14 janvier 2019 at 18:23

très instructif, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.