2128 votes

Réalisé par Marie-France Barrier

Produit par Caméra Subjective, France, 2017,
Voir le site

Français 67 mn

Alors que le monde agricole est en pleine crise, de plus en plus de Français-es choisissent chaque année de changer de vie pour devenir paysan-ne. Pour redonner du sens à leur travail, ces personnes quittent leur confort urbain pour apprendre à vivre de la terre.
Attirées par une agriculture respectueuse de la vie, elles viennent grossir les rangs de ces agriculteurs de souche qui remettent eux aussi en question leur travail.
Revenus des pratiques productivistes et industrialisées qu’ils ont apprises, des grands céréaliers, des vignerons ou des éleveurs laitiers changent de logique pour renouer avec la nature et ainsi retrouver goût à leur métier.
D’autres choisissent de s’installer en collectif pour mutualiser leur force de travail et leur matériel, ou décident de devenir bergers au cœur de la ville.
Chacun réinvente le métier de paysan et explore… le champ des possibles.

Le mot du réalisateur

C’est au volant de mon van que je suis partie sillonner les campagnes françaises, pour prendre le pouls de ce monde agricole renaissant.
De fermes en fermes, c’est avec la rigueur d’une journaliste et les interrogations d’une maman et citoyenne, que je me suis interrogée sur l’avenir de notre alimentation et de ceux qui la produisent.

Marie-France Barrier

Pourquoi ce choix ?

Une belle enquête sur le métier d’agriculteur, tel qu’il aurait dû continuer à se pratiquer avec la science et la connaissance en plus.
Loin de vouloir produire toujours plus, ces hommes et ces femmes illustrent parfaitement ce nouveau modèle de paysans qui ne voient pas la terre comme un simple support de cultures, mais comme un écosystème vivant à respecter et à entretenir.
Ces personnes nous montrent qu’il est possible de se reconnecter à la nature et de pratiquer une agriculture respectueuse du sol et du consommateur, tout en produisant suffisamment pour vivre.
Ce film nous invite à rencontrer de personnes formidables et nous donne envie de nous lancer dans l’aventure nous aussi !

Récompenses

Deauville Green Awards 2018

Agir

Agir avec son temps

• S’engager bénévolement dans des associations de solidarité, actives dans le commerce équitable ou dans d’autres domaines.
• Relayer dans son entourage des informations/ arguments/pétitions sur la solidarité locale et internationale et sur les moyens d’agir au quotidien.
• Agir avec son école : s’efforcer de lancer une réflexion autour de soi, auprès des élèves mais aussi des profs, pour que l’école soit un lieu exemplaire de développement durable.
• Agir sur son lieu de travail: encourager son entreprise à proposer des produits écologiques, durables et issus du commerce équitable à son personnel/ses clients/son public.
• Créer un groupe facebook pour demander à sa marque préférée de passer en équitable
• Envoyer directement un message sur le mur facebook des différentes marques
• Demander à son supermarché et à ses petits commerçants d’augmenter leur offre équitable

Bannir tout engrais chimique

Un certain nombre d’engrais chimiques contiennent des métaux lourds, comme du plomb, du mercure ou du cadmium. Transmis aux végétaux, ils peuvent contaminer l’ensemble de la chaîne alimentaire. Evitez impérativement leur usage !

Pesticides et insecticides contaminent les sols et les nappes phréatiques via les eaux de pluie. Leur production consomme beaucoup d’énergie. Ces produits sont dangereux pour les usagers eux-mêmes (qui peuvent les inhaler ou les ingérer accidentellement). Leurs emballages constituent également des déchets dangereux dont l’élimination est chère et complexe. Il existe de nombreux moyens naturels pour s’en passer.

Avoir le réflexe Amap

Les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) créent un lien direct entre paysans et consommateurs. En souscrivant à un abonnement, l’acheteur choisit la fréquence et les quantités de fruits et légumes qu’ils souhaitent, puis vient retirer régulièrement son panier dans un point de vente du réseau.

Pour trouver une Amap près de chez vous : www.reseau-amap.org

Choisir des aliments issus de l’agriculture écologique

(certifiés avec un label agriculture biologique, par exemple). L’augmentation de l’agriculture biologique participe à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette pratique interdit notamment d’utiliser des produits de synthèse comme les pesticides et les engrais azotés, ainsi que les OGM.

En savoir plus : greenpeace.fr/agriculture-ecologique/

Économiser les ressources traditionnelles

Outre le fait qu'elles sont nocives pour le climat et l'environnement, les sources d’énergie traditionnelles (pétrole, gaz, uranium, charbon...) s’épuisent. Non renouvelables, ces réserves diminuent de plus en plus vite : la consommation mondiale a augmenté de 75 % au cours des 30 dernières années et ne cesse de s’accroître.
A très court terme, si nous ne changeons pas nos modes de consommation, la demande planétaire d’énergies traditionnelles va dépasser largement la capacité de production.

Manger local

La consommation de denrées alimentaires produites localement réduit le nombre d’intermédiaires, diminue les transports polluants et contribue activement à renforcer la vitalité économique de nos territoires.

En savoir plus : bioetlocalcestlideal.org

Privilégier les aliments de saison

En privilégiant l’achat de fruits et légumes de saison, qui n’ont pas été cultivés sous serre chauffée, vous contribuez à diminuer l’énergie utilisée pour produire ces aliments et participez ainsi à réduire l’impact de l’agriculture sur le climat.

Téléchargez le calendrier des fruits, légumes et céréales de saison de Greenpeace : greenpeace.fr/fruits-et-legumes-de-saison

Pour ne manquer aucune actu,
inscrivez-vous à la newsletter du Festival

Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".

18 Comments

veronique commelin · lundi 11 février 2019 at 13:30

Bonjour, comment se procurer le film pour le diffuser sur ma commune? Merci

    Selyne, pour l'équipe du Greenpeace Film Festival · mardi 26 février 2019 at 12:36

    Bonjour Véronique, malheureusement, les films ne sont accessibles que pendant la durée du Festival, et réservés à une diffusion privée.

veronique commelin · lundi 11 février 2019 at 13:28

je suis très sensible à l’écologie et la préservation

HL · lundi 28 janvier 2019 at 21:55

Je n’ai pas pus voir tout les films mais j’ai décidé de voté pour celui ci car il est positif ! Je suis démoralisé après avoir vu les autres !

ETIENNE Decamps · dimanche 27 janvier 2019 at 18:08

C’est super de voir ce genre de film, je trouve très positif de ce concentrer sur les gens qui bougent et montre l’exemple, c’est rassembleur et dynamisant. Merci

Evan · samedi 26 janvier 2019 at 18:01

Merveilleux ! Il faut un début à tout comme on dit, alors pourquoi pas maintenant ? Avoir la force et la détermination de dire non aux pressions médiatiques et aux lobby est remarquable. Ce sont la des exemples pionniers que nous devrions tous suivre afin d’aller à contre courant de la déshumanisation que nous connaissons actuellement et de réapprendre à vivre avec et non pas contre la nature… L’union fait la force, une prise de conscience urgente et nécessaire, continuer sur un rythme économique actuel ne mène à rien et nous détourne des vraies valeurs. Nous somme déjà dans le murs… à nous de voir si l’on veut s’enfoncer encore longtemps dedans…

Sylvie Dumont · vendredi 25 janvier 2019 at 14:27

chaque témoignage est très vivant et très intéressant, ce film « donne envie », stimule, on voudrait le voir se continuer
super le respect de ceux qui passent en bio pour leur voisins restés en agriculture conventionnelle
super cette asso. qui permet à des paysans de passer en bio, et de se parler entre agriculteurs…

un autre témoignage me manque: celui d’éleveurs passés cultivateurs ou maraîchers…
ça serait un autre projet…mais le film serait plus complet, plus novateur, non ?

Nath from Paris · vendredi 25 janvier 2019 at 00:08

Merci pour ce film très positif qui fait un bien fou! Bravo à tous ces jeunes agriculteurs qui se lancent avec courage, folle énergie et enthousiasme dans ces beaux projets qui demandent certainement encore plus de travail et de ténacité qu’on ne le voit dans le film. Chapeau les gars et les filles! Vous êtes des exemples à suivre, vous donnez envie de tenter des choses. Merci!

Répondre à Flo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.