Cargo : la face cachée du fret

Synopsis

Environ 90% de ce que nous consommons transitent sur les quelque 60 000 vaisseaux qui sillonnent sans relâche les mers du globe. C’est dire notre dépendance et l’importance du frêt maritime, tentaculaire réseau d’artères maritimes qui structure la mondialisation. Mais celle-ci n’est rendue possible que parce qu’une armada de cargos voguent à son service. Ces dizaines de  milliers de bateaux gros comme des buildings sillonnent les mers et les océans sans relâche afin de faire fonctionner notre système économique. Une activité phénoménale ! Il est vrai que le système semble tombé sur la tête… Ici, du poulet américain est découpé et mis sous vide en Chine. Là, du whisky écossais embouteillé en Australie revient à la case départ, avant d’être distribué dans le monde entier… Et si peu de monde en a vraiment conscience, c’est que ces autoroutes tracées dans l’immensité des mers échappent aux regards.

Récompenses reçues : - Grand Prix au Water, Sea and Oceans International Film Festival, 2017 - Audience Silver Tree Award au South African Eco Film Festival, 2017 - Tournesol du Documentaire vert Award au Festival du Film Vert, 2017 - Best Film au Another Way Film Festival, 2016 - Grand Prix Ecrans Publics, 2015 - Golden Green Award au Deauville Awards, 2016 - Finaliste au Dig Awards, 2016

Le mot des réals

L’idée de faire un film sur le transport maritime m’est venue après avoir enquêté, par curiosité, sur la provenance de mes vêtements. Après plusieurs mois à faire des recherches sur Internet et à passer des coups de téléphone, j’ai découvert ce qu’il se cache vraiment derrière l’étiquette « Made in… » : le transport maritime lié à l’importation de ces produits de consommation quotidienne génère une pollution bien plus importante qu’on ne veut souvent l’admettre. Un navire de marchandises pollue autant que 50 millions de voitures. J’ai été fasciné par toutes ces histoires et par le fait que le monde si obscur du transport de marchandises puisse jouer un rôle si important dans nos vies. Alors que le sujet est d’une importance capitale, il me semble qu’aucun documentaire n’avait montré à quel point le transport maritime industriel affecte la vie de tout le monde sur cette planète. J’espère que ce film mettra en lumière cette face cachée de nos sociétés globalisées et nous poussera à changer nos comportements de consommation et à nous orienter vers un mode de développement plus durable, quel que soit le pays dont nous venons.

Pourquoi ce choix ?

Une excellente enquête, qui laisse sans voix, sur l’une des pires industries au monde : le transport maritime. Non-respect des droits du travail, pollutions sonore et atmosphérique, exonération de taxes, transport d’armes, financement de conflits… tout y passe en termes de scandales. Pourtant, cette industrie nous concerne tous et toutes puisque la quasi-totalité des produits que nous consommons sont expédiés par containers de l’autre bout de la planète. Il est grand temps de dénoncer ces pratiques car il existe aujourd’hui des solutions pour y remédier.

Et après

Agir tout de suite

Privilégiez le local, et pour les produits cultivés dans les régions du sud (banane, café, chocolat), préférez les produits importés issus du commerce équitable. En savoir plus sur les labels de commerce équitable.

Aller plus loin

Certaines des voies de transport les plus fréquentées au monde se trouvent en Méditerranée. On estime qu’environ 220 000 bateaux de plus de 100 tonnes naviguent en Méditerranée chaque année – soit environ un tiers du trafic maritime mondial. En savoir plus.

Rejoindre un groupe d'action

Je rejoins un groupe local de Greenpeace près de chez moi.

Je rejoins WeGreen, le réseau social de celles et ceux qui veulent agir pour l’environnement, pour participer à des mobilisations menées à côté de chez moi et rencontrer des personnes actives sur les thématiques qui m’intéressent.

75 comments

  • Laurent :

    Bonjour, pour ceux qui souhaiteraient visionner ce film. Il est maintenant disponible en VOD ici : http://www.cie-taxibrousse.com/fr/film/cargos-la-face-cachee-du-fret/

    mercredi 29 janvier 2020, 15:50
  • Maravi Jesus :

    Film très intéressant, c’est très instructif. Je souhaiterais le visionner.

    mercredi 29 janvier 2020, 12:06
  • Mauranne :

    Bonjour,
    Je n’arrive plus à visionner le film qui était disponible il y a 15 jours

    mercredi 29 janvier 2020, 08:59
  • Feisal Mansoor :

    Denis is a talented and erudite filmmaker who understands his subject and gets in to the heart of the issue hie is addressing. His movie Sandwars has been extremely useful in our fight against sand mining in Sri Lanka as once one sees it, one cannot deny the potential damage. I eagerly look forward to seeing this Freightened. Great title!

    mercredi 29 janvier 2020, 00:53
  • eveline gomez :

    la cécité des mers…ahurissant..il faudrait diffuser ce documentaire encore et encore. Nous sommes tous responsables.

    mardi 28 janvier 2020, 21:29
  • Ericka :

    Mon fils a fait un documentaire sur les cargos et la polution en 1ère, il a récolté une mauvaise note pour le sujet non intéressant. Commencer par viser l’académie car c’est eux qui éduquent et endoctrinent nos enfants, le futur !

    mardi 28 janvier 2020, 19:42
  • Caroline Carnerie :

    This film is a stunning expose of human abuse, international fraud and ocean and biosphere contamination. An absolute must see. It is shocking and completely invisible to all of us who see the products delivered without knowing the dirty process by which they came to market. Top Notch directing and editing.

    mardi 28 janvier 2020, 18:01
  • Florence MAZARS :

    Des films intéressants mais très inégaux. Je n’ai pas pu les visionner tous, faute de temps. D’autres personnes doivent être dans mon cas : difficile de regarder 15 films en 15 jours… Pourtant ce n’est pas par manque d’intérêt pour ces sujets… Ne pourriez-vous pas rallonger d’une semaine ce festival ?
    Où pourrais-je visionner les films que j’ai manqués ou ceux que j’ai vus mais que je voudrais absolument transmettre à des personnes que je sais être très concernées par ces problèmes ?
    Parmi ceux que j’ai préférés ou que j’ai ratés à regret :

    Mer de vie : nos océans souffrent. Écoutez le cri d’alarme que vous envoie le monde du silence.
    Cargo : la face cachée du fret : tout n’est pas un long fleuve tranquille dans notre société d’hyperconsommation, loin de là…
    L’Europe à la reconquête de la biodiversité : « ré-ensauvager » les paysages européens… Tout un programme passionnant à découvrir.
    Le cas Bornéo : jour après jour, la forêt de Bornéo est détruite… A qui profite le crime ?
    Pauvres poulets : quel rôle jouent les œufs que nous consommons chaque jour sur l’émigration économique africaine ? On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs…

    Dommage que ces films ne soient pas visibles sans limite de temps car ils toucheraient plus de monde.

    mardi 28 janvier 2020, 16:24
  • Pascal :

    Comme plusieurs documentaires dans ce festival ce documentaire m’a apporté des informations sur un sujet majeur, celui de l’importation massive de produits venant de l’étranger avec toutes les conséquences que cela induit. Sur le fond je rejoins l’avis d’Elisenda Villena, cette question est aussi une question de responsabilisation individuelle. Il nous appartient de ne pas acheter ces produits, sans demande il n’y aura pas d’offres. Sur le documentaire lui-même, il fait certes un bon constat de la situation mais contrairement à d’autres il ne suggère aucune piste pour tendre au changement si ce n’est d’admettre que le problème devient moindre avec l’utilisation de pétrole propre. Or, propre ou pas propre le pétrole reste une énergie non renouvelable, il ne règle donc qu’une petite partie du problème.

    mardi 28 janvier 2020, 12:31
  • Nicole :

    J’ai réagi un peu tard , je n’ai pas pu vionner tous les films, j’ai commencé par ceux ayant le plus de voix , je les trouve tous passionnants difficile de hiérarchiser , le film sur le frêt me parait essentiel tant notre consommation pollue et fait du mal à d’autres pays plus pauvres… je souhaiterais pouvoir diffuser ces films dans ma commune , aux écoles… comment se procurer ces films ? Permettre aux jeunes et à plus d’adultes de voir tout cela. À noter que j’habite assez loin d’un groupe local

    mardi 28 janvier 2020, 09:49
  • Elisenda Villena :

    grand travail. Espérons que cela éloigne les consciences et invite à la réflexion individuelle. Nous sommes les consommateurs qui encourage cela. Refléter ce que nous achetons et ce qui ne l’est pas. S’il n’y a pas de demande, il n’y a pas d’offre. Force, support et information des consommateurs

    mardi 28 janvier 2020, 05:27
  • Susmita MOHANTY :

    This is a real eye opening. A very powerful and timely documentary. People around the world should see it. Bravo!

    mardi 28 janvier 2020, 04:36
  • Susana Guardiola :

    Very interested in this film

    mardi 28 janvier 2020, 02:36
  • Esther HEINRICH :

    Je partage entièrement l’avis du commentaire précédent. J’étais en train de regarder le docu relatif au fret et à minuit le visionnage a été interrompu. c’est terriblement frustrant de voir un film coupé en plein milieu. C’est vrai,15 jours pour regarder 15 films c’est bien court. Où peut-on voir la suite ?

    mardi 28 janvier 2020, 00:17
  • Raphaële Turlure :

    Bonsoir,
    Je suis toujours aussi émerveillée par ce festival, la réalisation de ces films, le courage de dénoncer. Merci à tous ! Même si souvent je suis désespérée par tant d’aberrations, d’injustices sociales, animales….Et si peu de respect et de reconnaissance pour notre mère Planète.
    Cependant je suis terriblement frustrée car qui peut en 15 jours regarder 15 films…Ne pourriez-vous pas rallonger d’une semaine ce festival ?
    Où pourrais-je visionner les films que j’ai manqués ?

    `

    lundi 27 janvier 2020, 23:53
  • Marie :

    Je suis comme Mada, très déçue de la chute!! Ce film donne des précisions sur un sujet malheureusement connu, je ne comprends pas comment certains visiteurs peuvent feindre de le découvrir !! Contente que Elisabeth regarde enfin ses vêtements de façon différente, mais elle n(avait pas su le scandale du Rana Plazza? Les scandales du coton de ses jeans?
    En tout cas, comment conclure une telle étude en souhaitant un « beau et long voyage d’un siècle » au transport Maritime? Alors qu’au train où vont les choses ce même transport aura mis à néant notre Planète en moins de 20 ans? C’est à hurler de rire…
    ET comme dit Mada, espérer encore la croissance pour résoudre les problèmes est un rêve du passé!

    lundi 27 janvier 2020, 23:23
  • ELISABETH GUILLOT :

    Un coup de poing qui fait dessiller les yeux, ce film ! Je regarde autrement les objets autour et surtout sur moi. Excellentissime cette idée qu’on exige des fabricants qu’ils indiquent sur leurs étiquettes l’origine de chacun des éléments constitutifs : où a poussé ce coton, d’où vient ce plastique (polytruc), qui a cousu les boutons ? Si chacun posait la question aux vendeurs. D’un coup, ça élargirait nos consciences…
    Et les liens de tout ce commerce fou dont on est le pivot, avec les enfants soldat au Libéria, les richesses des Marcos aux Philippines, entre autres, et la pauvreté de leurs civils envoyés comme esclaves « payés » sur ces containers. Ce film est VITAL. Bravo aux courageux réalisateurs !

    lundi 27 janvier 2020, 20:38
  • Jose Ramon :

    This is an impressive film. It presents in a very comprehensive way the facts about the maritime traffic and the impact over the environment. Also introduce several questions to be reflected.
    No dubt at all is a top documentary!

    lundi 27 janvier 2020, 19:24
  • Sophie :

    Cargos monstrueux, toujours plus lourds,
    les armateurs tirent toujours plus sur la corde pour s’enrichir au détriment des autres et de la santé publique, au détriment de la qualité des eaux des océans, de la faune et la flore maritimes,
    au détriment d’une bonne protection sociale des travailleurs sur les cargos….

    Pavillons de complaisance, le capitalisme est immoral par le fait d’absence de règles fiscales strictes et JUSTES, (exemple du Liberia),
    utilisation du fioul à bas coût extrêmement polluant pour faire avancer ces monstres, pollution sonore avec des moteurs énormes, dégazage sauvage !…

    Où est le respect de la nature dans cette activité ?

    Il semble qu’il y a quelque chose de pourri dans cette activité…

    lundi 27 janvier 2020, 17:13
  • Hugo :

    Bonjour,
    Mon ami Franco Costa ƒut proƒondément choqué, quand il découvrit que sur les paquebots de sa ƒamille, on jetait par-dessus bord le ƒoie-gras, les huîtres, le caviar et les truffes non consommées ; et que, de l’autre côté du navire, on balançait sans ménagement les cadavres des marins Philippins morts de ƒaim dans la soute. Il vendit sa rolls-royce, cotisa à GreenPeace et partit vivre dans la ƒorêt avec Che Guevara e tutti quanti… à ƒaire la ƒête sans arrêt, mais il se lassa très-vite de ces nouveaux privilégiés sans vergogne.

    lundi 27 janvier 2020, 16:27
  • lau v :

    Ce film est de facture Industriel, formaté, télévisuel, …soit
    Mais son message mériterait d’être connu du Grand Public
    Donc d’être diffusé en Salle !
    Car c’est TOUT une Politique qu’il « faut » mettre en place CONTRE ce commerce !
    et il faut-drait du COURAGE pour s’y Attaquer

    lundi 27 janvier 2020, 11:29
  • lau v :

    Ce Film est sur le mode « industriel », « télévisé »
    Il n’en est pas Moins intéressant, instructif
    Maintenant, QUAND Greenpeace ou autre organisation s’en prendront aux Gouvernements pour faire Cesser, ou diminuer ces agissements ? ? ? ? ? ? ?
    Ça ne suffit PAS, Plus, de changer ses modes de consommation ! ! ! Dans ce cas Il FAUT changer l’Industrie ! ! ! le Capitalisme ! ! !
    Il faut taxer les produits « importés », ET Réduire, de beaucoup, ce commerce
    S’ATTAQUER aux gouvernements et Arrêter de se regarder le nombril !
    et …. Pétitionner, alerter (comme ce film), mais aussi via des tracts, des flyers, des conférences, des articles, dans la presse, sur le net, manifester, relocaliser,
    il faut … beaucoup de changements,
    je m’étonne de ne voir aucun commentaire parler de Militantisme … révélateur ?

    lundi 27 janvier 2020, 10:54
  • Patricia :

    Il est évident ( mais ça ne l’est pas pour tout le monde) que 98% de tout ce que nous trouvons dans les supermarchés et qui sont produits en dehors de notre zone ont transité par ces moyens de transport et à cela s’y ajoute les camions. Le meilleur moyen d’enrayer le problème est d’acheter local (200km) autour de chez soi, de privilégier le lavable et réutilisable (que l’on peut faire soi-même) puisque l’industrie forestière qui sert à fabriquer le papier, carton, mouchoirs, essuie-tout……. utilise aussi ce moyen de transport.
    Il y a un énorme travail à faire dans tous les domaines de l’exploitation (mot que je déteste) car il est synonyme de production intensive au profit de l’argent (exploitation forestière, agricole, animale et même humaine). Et cette exploitation ne permet même pas à tous les humains de cette terre de manger à leur faim, alors que s’il y avait plus de petits producteurs locaux ce serait différent.

    lundi 27 janvier 2020, 07:14
  • Paulin :

    Bonsoir! Impossible d’accéder au film, pourtant ça ne se termine que demain! (meme avec l’adresse https://vimeo.com/348371221)
    Une solution? merci d’avance 🙂

    dimanche 26 janvier 2020, 21:23
  • Armelle :

    Épouvantable, consommateurs à vos porte monnaie, arrêtez d’acheter encore et encore, a quoi cela sert-il d’avoir ses placards pleins ???

    dimanche 26 janvier 2020, 19:03
  • estelle :

    Documentaire édifiant, éprouvant même. Comment faire cesser ces pavillons de complaisance ?
    Les politiques ne réagissent pas. L’OMI est ballonnée. C’est affligeant.

    dimanche 26 janvier 2020, 17:00
  • Anonyme :

    Le documentaire est très bien mais c’est quoi cette conclusion ??

    Améliorer l’efficacité énergétique des cargos de 30% est laaaaaargement insuffisant face à l’ampleur du problème (surtout si le trafic maritime triple, comme annoncé dans le documentaire). Il faudrait surtout relocaliser la production, et là-dessus ce sont les États qui doivent faire preuve de volontarisme. Taxer en fonction de la distance (et/où de l’empreinte carbone), soutenir financièrement là réinstallation d’industries et le secteur de la seconde main, interdire d’accès aux ports les navires les plus polluants.. et au niveau international réformer complètement cette blague de l’OMI (d’ailleurs pourquoi avoir interrogé le « directeur des services d’information » et pas un porte parole ?!)

    dimanche 26 janvier 2020, 15:36
  • Dilain :

    Que fait l union européene et les autres pays pour stopper ces cargos qui font du profil et exploite les humains à travaillé comme des forcené et de mal mené la nature au profit de l argent. J espère que ces gens paieront le prix fort.

    dimanche 26 janvier 2020, 15:35
  • lydie carette-haubois :

    terrifiant, et ce sont des informations qu’ il est absolument nécessaires de faire connaitre .

    dimanche 26 janvier 2020, 14:42
  • lucien MONJO :

    Impressionnant…….

    samedi 25 janvier 2020, 14:34
  • PHILDU :

    ce film à été deja diffusé il y a quelques années , mais rien n’a changé, voir empiré sous couvert de tout les gouvernements, elle représente la plus grande corruption légale de notre planète, la seule solution serait de tout stopper, maintenant, sommes nous prêt, à pratiquer la décroissance totale? MOI OUI

    samedi 25 janvier 2020, 08:00
  • eboiro :

    Un documentaire très informatif qui se dévore à pleins yeux et oreilles, abordant ‘tous’ les angles de facon fort didactique (économie, social, pollutionS,… Une belle goutte d’eau contre la ‘céssité des mers’. Meme si elle fini de facon plus discutable, par une ‘solution’ à la fois louable et je pense bien limitée/partielle. A recommander de voir pour tout (eco)citoyen, collégien, businessman,…

    samedi 25 janvier 2020, 01:10
  • léna :

    film instructif à plein d’égards; un peu scolaire mais quand même bien ficelé. Dommage qu’ils parlent de croissance à la fin; on ne voit pas trop le lien.

    vendredi 24 janvier 2020, 22:18
  • Roux sylvie :

    Bonjour
    Dans le mail de confirmation de vote, le lien n’est pas actif.
    Je ne peux donc pas valider mes choix de films.
    Merci

    vendredi 24 janvier 2020, 07:11
  • bb :

    je pense que ce film est très éclairant, il nous dit à tous de ne pas continuer à acheter tout et n’importe quoi. C’est une bonne leçon !
    Les armateurs pourtant blindés de frics sont sans foi ni loi ! ils devraient avoir de meilleurs bateaux plus performants moins polluants pour être fier, plutôt que d’échapper aux lois, taxes et prendre la main d’oeuvre la moins chère possible. Ils sont pitoyables vraiment. Même pas capable d’utiliser un carburant propre ! pour moi de petites gens.

    jeudi 23 janvier 2020, 23:10
  • Mely :

    Waow. everyone should watch this documentary ! Sooooo interesting. And heartbreaking. Makes one wonder if there’s any chance to change the course of our historical global warming. I’m not very hopeful that we’ll make changes big enough so that I can live at 50yo and say « the ice still exists! ». But the alternatives about consumers’ behavioral turnaround are key (I guess..). Great job on the documentary anyways ! Big thank you !

    jeudi 23 janvier 2020, 22:03
  • Vincent :

    Documentaire très complet sur un sujet crucial.

    jeudi 23 janvier 2020, 21:48
  • PALAU Isabelle :

    Ce docu est très intéressant et bien renseigné. Dommage que la conclusion soit littéralement affligeante de soumission au système actuel…

    jeudi 23 janvier 2020, 11:36
  • Julien :

    J’hallcuine complètement sur le discours de fin.
    Après avoir exposé à quel point l’industrie est toxique, il faut que les gens aient de meilleurs etiquettes et que les gvt réforment le secteur pour que la croissance blablabla…
    On est pas sorti d’affaire avec des analyses pareilles.

    jeudi 23 janvier 2020, 00:37
  • Peter :

    Pour ceux qui peuvent pas voir la vidéo, elle est accessible sur le vimeo de « greenpeacfilmfestival »
    https://vimeo.com/348371221

    mercredi 22 janvier 2020, 20:27
  • François :

    Léa, la vidéo ne se lance pas. Le cercle de chargement tourne et la vidéo ne démarre jamais, même en baisant la qualité au minimum. J’ai tenté directement sur le site Viméo. Je peux lire d’autres vidéos sans problèmes mais là encore aucun film de la sélection du festival. Des suggestions?

    mercredi 22 janvier 2020, 19:27
  • Bernie :

    This documentary is one of the best I’ve ever seen.

    The video in this web page is a shortened version of the full documentary which lasts 84 minutes as you can read in the film distribution site: http://polarstarfilms.com/shop/?product=freightened-the-real-price-of-shipping-dvd

    mercredi 22 janvier 2020, 17:05
  • Anonyme :

    très bon, et beau documentaire, ou l’ on en apprends un peu plus sur l’ opacité de ce monde pourtant essentiel ( pour l’ instant ) .ces navires sont des créations humaines remarquables ( techniquement ), hélas leur nombre et le mode de propulsion ( choisi a l’ époque du pétrole peu cher ) est dramatique, quand on voit les difficultés a faire rouler une toute petite voiture de quelques centaines de kilos avec des batteries, je me demande vraiment comment on peut imaginer du transport routier électrique ( poids lourds ) et encore plus le transport maritime. le problème de raréfaction et donc d’ augmentation des prix des énergies fossiles va probablement remettre en cause ce mode de transport inter-continental. il est a espérer que la solution du réacteur nucléaire embarqué ( brises glaces russe ) ne sera plus d’ actualité, sinon…je crains le pire.

    mercredi 22 janvier 2020, 15:26
  • Léa pour le Greenpeace Film Festival :

    Bonjour François, quel problème rencontrez vous en cliquant sur « Voir le film » ?

    mercredi 22 janvier 2020, 11:32
  • François :

    Bonjour, impossible de visionner les films proposés. Pas de soucis internet. Toutes bandes annonces fonctionnent. Quelqu’un a t il une solution? Merci

    mardi 21 janvier 2020, 20:23
  • Léa pour le Greenpeace Film Festival :

    Bonjour Nolwen, je suis navrée, avez-vous vérifié votre connexion internet ?

    mardi 21 janvier 2020, 14:36
  • Noémie Van Cauwenberghe :

    Le documentaire le plus choc que l’on ait vu.
    Nous, citoyens lambda, sommes vraiment pris pour des cons et c’est clairement admis dans les sphères décisionnaires. Même pas vraiment caché!

    Film hyper intéressant. Dommage qu’il soit peu original dans la mise en forme. Mais le contenu vaut largement le détour.

    lundi 20 janvier 2020, 20:56
  • DETHOOR :

    Un premier pas dans le bon sens a peut être été fait avec la norme IMO 2020 qui vient de voir le jour et qui impose aux compagnies maritimes de modifier le type de carburant à utiliser avec une teneur en souffre moindre

    lundi 20 janvier 2020, 15:48
  • Peter :

    Bonjour je n’arrive pas à voir ce documentaire ? Pour tous les autres tout fonctionne parfaitement mais celui là rien à faire.

    lundi 20 janvier 2020, 15:10
  • melanie :

    Bonjour, effectivement, vous devriez avoir reçu un mail de confirmation. Avez-vous regardé dans vos courriers indésirables ? Navrés pour cela !

    lundi 20 janvier 2020, 10:19
  • Michel :

    Film-Documentaire très intéressant. Dommage qu’il se termine sur un « faux pas », à savoir présenter la croissance comme la seule perspective…

    dimanche 19 janvier 2020, 18:36
  • Olivier Keraval :

    Excellent outil pour une prise de conscience quant au poids de chacun au travers de notre consommation et de la nécessité de peser sur les états pour un changement de la réglementation du fret maritime.

    dimanche 19 janvier 2020, 17:42
  • Phileas :

    Excellent documentaire. Il manque un volet dans l’enquête qui concerne les subventions cachées des États qui financent des infrastructures portuaires gigantesques ( comme montré dans le documentaire ) et ne répercutent pas les coûts au transport maritime. C’est un sujet tabou que l’OCDE tente vainement de mettre a l’ordre du jour des réunions notamment du G20. Si les coûts cachés du transport maritime étaent pris en compte dans la chaîne de valeur, il y aurait plus d’intérêt a faire fabriquer une veste en Chine par exemple. Les quelques chercheurs qui étudient le sujet estiment que la répercussion des couts cachés du transport maritime dans la chaîne de valeur feraient baisser le trafic du commerce mondial de 30 a 50 %. Cela aurait un impact positif gigantesque concernant la sauvegarde de la biodiversité marine.

    dimanche 19 janvier 2020, 09:07
  • Amé :

    A voir absolument car ce sujet est malheureusement peu et mal connu- Les nuisances multiples du commerce maritime sont parfaitement explorées dans ce documentaire indispensable.

    samedi 18 janvier 2020, 19:22
  • Patrice GODART :

    La seule conclusion de ce film indispensable est de remettre en cause le néolibéralisme et de développer les consciences.

    samedi 18 janvier 2020, 13:56
  • Aurélien :

    Docu complet. Par contre la conclusion sur la nécessité d’une « vrai croissance qui ne laisse personne sur le bas côté » me laisse un peu dubitatif…

    samedi 18 janvier 2020, 13:23
  • BALP Philippe :

    Quand on vote, on est averti qu’on va recevoir un mail. J’ai voté pour ce film: pas de mail. J’ai essayé avec une autre (L’Arche d’Anotte), même chose. Normal?

    samedi 18 janvier 2020, 09:20
  • nolwen :

    dommage de ne pas pouvoir visionner les films, ça mouline pendant des heures, je ne peux voir que les bandes annonces…;

    vendredi 17 janvier 2020, 20:16
  • Iléana :

    Un beau documentaire sur un sujet malheureusement peu connu. Il est très complet, parlant des conséquences économiques, sociales et environnementales d’une partie cachée de la surconsommation mondialisée.
    A voir absolument !

    vendredi 17 janvier 2020, 17:43
  • combe bernard :

    Pour ne parler que des vetements la deuxième industrie la plus polluante comme d habitude les clients peuvent faire la différence en réduisant leur consommation et en optant par exemple pour des vetements de seconde main en trés bon état Des boutiques refabrique de nouveaux vetements avec les anciens.Il y a aussi de gros bateaux très polluants qui transportent des touristes .

    jeudi 16 janvier 2020, 22:54
  • Emmanuel :

    documentaire à voir absolument.
    pavillons de complaisance, fioul lourd extrêmement polluant, exploitation de la main d’œuvre, pollution sonore des océans, dégazage…
    le bilan du commerce maritime mondial est largement négatif … pourtant nous y contribuons tous… jusqu’à quand ?

    jeudi 16 janvier 2020, 22:41
  • Mada :

    Excellent contenu sur un sujet peu traité. Dommage que la dernière phrase du narrateur ne fausse l’objet et l’intention du film. Pr Pichon a dit quelque chose d’essentiel. Il ne faut plus utiliser la croissance comme un chiffre d’aide à la décision, il ne faut plus l’utiliser comme indicateur de bonne santé d’un secteur ou d’un pays.

    jeudi 16 janvier 2020, 13:25
  • Laurence :

    Film très intéressant, très bien documenté, essentiel à voir, on en apprend beaucoup sur ce sujet primordial alors qu’on parle toujours de la pollution des voitures ou des avions. Le rôle des institutions et des politiques est bien identifié, de même que leur inaction. Par contre, il manque la solution du « consommer moins », qui saute aux yeux quand on prend connaissance de cette folie commerciale. Faut-il vraiment toujours raisonner en termes de croissance ?

    jeudi 16 janvier 2020, 12:54
  • Emmanuel Coquelou :

    Une enquête nécessaire, voire indispensable pour cerner les enjeux d’un sujet si bien tu par les médias. Cette heure d’images et d’informations s’avère fondamentale, glaciale, percutante. Révoltante, aussi. Après avoir vu ce film, la valeur de votre pouvoir d’achat devrait définitivement prendre un autre sens.

    jeudi 16 janvier 2020, 02:17
  • Christel :

    Bsr,
    C’est très instructif. Merci.

    mercredi 15 janvier 2020, 23:40
  • Marie :

    Beaucoup d intérêt pour ce film très instructif

    mercredi 15 janvier 2020, 15:45
  • Fr :

    Est ce qu’en taxant fortement le transport maritime les industriels relocaliseraient en France?

    mercredi 15 janvier 2020, 07:51
  • Violette :

    Merci pour ce reportage très enrichissant.
    Comment faire comprendre que le pouvoir est entre les mains des consommateur(e)s?

    mardi 14 janvier 2020, 20:10
  • Castro :

    Merci pour les nouvelles connaissances que j’ai pu acquérir grace au film

    mardi 14 janvier 2020, 19:46
  • PR PICHON :

    Des infos essentielles mais l’essentiel n’est pas dit : la meilleure durabilité sera obtenue en réduisant drastiquement le transport maritime, comme le transport aérien et terrestre. Non la croissance n’est pas l’avenir comme le dit la conclusion du film.

    mardi 14 janvier 2020, 16:37
  • ayme :

    merci, intéressée, comment visionner le film?

    mardi 14 janvier 2020, 16:09
  • CHABERT DANIELLE :

    Mon âge et mon pouvoir d’achat me permettent d’acheter « ,local » de ne pas gaspiller…. Mais pour les jeunes générations soumises à la pub, comment faire?

    lundi 13 janvier 2020, 19:09
  • Kris :

    Bonjour. Au rendez-vous des ce matin pour la nouvelle selection 2020. !
    Une question : COMMENT avoir la version francaise pour le film  » Fret, le vrai prix de l’expedition  » qui est presente comme un film en langue francaise ( et anglaise) ?

    lundi 13 janvier 2020, 11:43
  • Cédric :

    Comment regarder un film, seul les bandes annonces sont disponibles…

    vendredi 10 janvier 2020, 21:50
  • Corinne VITALONE :

    Ce film m intéresse vivement.
    Je souhaiterais le visionner.

    jeudi 9 janvier 2020, 16:25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour poursuivre la mission de sensibilisation du festival :

Je fais un don